L'HISTORIQUE DE LA TRINITÉ
 
 
  Nous nous dirigeons maintenant vers l’abbaye de la Trinité par la rue de L’Abbaye. Il faut imaginer, jusqu'à la Révolution, 3 pouvoirs dans la ville : les moines de l’abbaye, le seigneur du château et les bourgeois de la ville. 

    Il fallait qu’un moine accepte de vous laisser passer l’immense porte en bois qui permettait de pénétrer dans l’abbaye. La porte franchie, la façade de style gothique flamboyant s’offrait aux yeux des pèlerins. 

    C'est en 1033, que Geoffroy Martel, Comte d’Anjou et la Comtesse Agnès, sa femme, auraient vu une nuit, de la terrasse du château, trois flammes tomber dans la plaine et se perdre dans une fontaine. 

    Ils consultèrent l’évêque de Chartres qui leur aurait alors déclaré que Dieu avait ainsi manifesté son désir de voir le Comte fonder un monastère dédié à la Sainte Trinité. 

    Geoffroy Martel qui n’avait pas la conscience en paix ordonna les premiers travaux. Très vite les Bénédictins en firent un monastère très riche. 

    Le Comte les avait exemptés de tout devoir féodal. Le monastère dépendait du Saint-Siège. L’abbé, dès 1063, prit le titre de Cardinal, privilège unique dans l’histoire. 

    L’église a été construite sur 400 ans : le choeur date de l’église primitive du XIème siècle, la nef a été terminée au XVème, après différentes interruptions dues aux guerres, désastres naturels, etc. Comme les fidèles avaient régulièrement les pieds dans l’eau, à la suite des inondations du Loir, on décida en 1342 de rehausser le sol de la nef.  

 

   Ce qui a contribué à la célébrité de l’abbaye de Vendôme, c’est le pèlerinage à la Sainte-Larme. Les pèlerins venaient de très loin pour embrasser une petite ampoule de cristal au milieu de laquelle tremblait une goutte d’eau. Ce petit objet avait été rapporté d’Orient au XIème siècle par Geoffroy Martel et donné au monastère qu’il venait de fonder. 

    La légende voulait que  cette larme eut été versée par le Christ au moment de la résurrection de Lazare, et recueillie par un ange qui la renferma dans cette ampoule. 
  
     Cette relique a été en honneur à la Trinité pendant plusieurs siècles, et on lui attribue de nombreuses guérissons extraordinaires. Elle a disparu à la Révolution et le monument qui lui était consacré fut démoli en 1803.